Atelier de réflexion sur la protection sociale des acteurs de l’économie informelle.

Promotion de la Justice Sociale

Les 26 et 27 Avril 2018, s’est tenu un atelier de réflexion sur la protection sociale des travailleurs du secteur de l’économie informelle au Sénégal sous le thème : « les stratégies nationales d’extension de la protection sociale aux travailleurs de l’économie informelle ».

L’atelier a réuni 43 participants venant des 5 cinq centrales syndicales affiliées à la CSI (CNTS, CNTS/FC, CSA, UDTS et UNSAS), la Confédération Générale des Travailleurs de l’Economie Informelle du Sénégal(CGTIS) et le CARES. On avait comme personnes ressources Monsieur Mamadou DIOUF, ancien Secrétaire Général de la CSA, Monsieur Moussa DIOP, coordonnateur du CARES/Sénégal et Monsieur Abdoul Aziz CAMARA, chercheur.

Photo: FES Sénégal

L’objectif général de cette formation est de mettre en place un cadre de réflexion et d’impulser une dynamique pour la mise en place d’un programme de protection sociale destiné aux acteurs du secteur de l’économie informelle.

L’introduction générale  de l’activité a été faite par Monsieur Mamadou DIOUF. C’est à sa suite que Monsieur Moussa DIOP a axé son intervention sur l’état des lieux de la protection sociale au Sénégal, sur la situation des travailleurs du secteur de l’économie informelle et les défis liés à l’extension de la protection sociale aux travailleurs de l’économie informelle. La présentation de M. DIOP a permis aux participants d’échanger sur le réel niveau de la protection sociale avec les différents acteurs concernés que sont gouvernement, employeurs et travailleurs.

Photo: FES Sénégal

De son côté, la présentation de Monsieur Abdoul Aziz CAMARA portant sur « les structures chargées de la gestion des risques sociaux au Sénégal : approches/stratégies de lutte contre la pauvreté » a montré le travail intéressant des structures chargées de cette gestion comme la Caisse de Sécurité Sociale (CSS), IPRESS, la CMU et le Programme National des Bourses de Sécurité Familiales (PNBSF). Seulement, ce travail n’est axé que sur le secteur formel. Cette seconde présentation a impulsé un débat interactif et très ouvert sur la nécessité de l’extension de la protection sociale aux travailleurs du secteur de l’économie informelle avec des recommandations.

Parmi ces recommandations données, les participants ont tous jugés nécessaires de donner la priorité à l’assurance santé pour les travailleurs de l’économie informelle avant les autres. L’activité a pris fin avec la lecture du près rapport.

Retour