Débat Public: Thème : «lutte contre les flux financiers illicites : situation actuelle et perspectives»

Consolidation de la Paix et de la Sécurité

Le 18 Novembre 2017, s’est déroulée une matinée d’échanges et de réflexion sous le thème : « lutte contre les flux financiers illicites : situation actuelle et perspectives ». Cette matinée avait comme personnes ressources Docteur Cheikh Ahmadou Bamba DIAGNE, Enseignant chercheur et Directeur scientifique du LAREM ; M. Mouhamed GUEYE, journaliste économique, Directeur de publication du journal Le Quotidien et Mme Aminatou Mouhamed DIOP comme modératrice. Les deux discutants issus du Programme leadership politique, étaient M. Mounirou Alioune KANE, Chargé de Projet à Enda CACID et étudiant à la FASEG ; et Mme Marie Mbathio NDIAYE, Auditeur contrôle de gestion et membre du Forum Social Sénégalais.

Dès l’entame, Dr DIAGNE a défini les flux financiers illicites comme un mouvement transfrontalier de capitaux en relations avec des activités illégales comme la corruption, le blanchiment d’argent et récemment l’évasion fiscale. C’est après qu’il identifie la mauvaise gestion et la mal gouvernance comme les raisons de cette économie frauduleuse. Cela impacte le développement des pays concernés qui connaissent des problèmes de trésorerie. A sa suite, M. Mouhamed GUEYE a insisté sur l’actualité du phénomène en donnant des exemples précis au niveau africain (comme Sani ABACHA et la Suisse) et national (690 Milliards perdus en 2015 sur les exportations du Sénégal). Selon lui, il est nécessaire de lutter contre cette économie parallèle qui détruit le tissu économique d’un pays.

Photo: FES Sénégal

Sur un autre registre, M. Kane a évoqué la gestion calamiteuse des ressources publiques en insistant sur l’inefficacité des rapports des organes de contrôle. Mme NDIAYE a de son coté, soulevé la question de la gestion des ressources naturelles qui offrent un potentiel financier, source de trafic dans plusieurs pays. Les échanges ont permis de soulever des questions intéressantes comme l’économie des ressources naturelles, le patriotisme économique et la lutte contre la corruption. Le débat, riche en contenu et en perspectives, a permis de faire état des niches de finances illicites dans les pays sous-développés. Ainsi la bonne gouvernance et la transparence ont été identifiées comme les principaux moyens de lutte contre ce phénomène mondial.

Retour