Panel sous le thème : « L’Etat Sénégalais et les Réseaux Numériques ».

Consolidation de la Paix et de la Sécurité

Le 07 Mars 2018 à l’Université Gaston Berge de Saint louis, s’est tenu le panel civil tech qui avait pour thème : «  L’Etat Sénégalais et les Réseaux Numériques ». Avec comme panelistes  le Pr. Babaly SALL, Constitutionaliste, Enseignant-Chercheur à l’UGB ; M. Fernand Nino MENDY, Doctorant en SIC Paris 13 et UGB ; M. Cheikh Omar Cyrille Touré dit "Thiat", membre-fondateur du mouvement citoyen "Y en a marre" ; M. Daouda Diaw, ingénieur-informaticien et membre-fondateur du "Mackymétre; M. Ibou BA, Conseiller du Directeur de l’ADIE ; Mme FatouJagne SENGHOR, Directrice Exécutive Article 19 et comme modérateur Professeur Kalidou SY.

Ce panel, piloté par les laboratoires ONUMERIS (Observatoire des Usages Numériques du Sénégal) et GRADIS(Groupe de Recherche et d’Analyse des Discours Sociaux) en partenariat avec la Fondation Friedrich Ebert, avait pour objectif de poser le débat sur les "Civic Techs" au Sénégal, en comptant sur les universitaires et les professionnels du secteur, pour à terme retourner la parole aux acteurs, afin de mettre en place un modèle économique viable pour les "Civic Techs" sénégalaises.

Les "Civic Techs" (technologie civique) désignent l’usage de la technologie dans le but de renforcer le lien démocratique entre les citoyens et le gouvernement en y impliquant toutes technologies permettant d’accroître le pouvoir des citoyens sur la vie politique, ou de rendre le gouvernement plus accessible, efficient et efficace.

Photo: FES Sénégal

Au cours de ce panel, M. Fernand Nino Mendy a introduit le thème "Les Civic Techs au Sénégal : émergence, technologie et perspectives de recherche", en soulignant l’importance des "Civic Techs", qui permettent aux pouvoirs publics de consulter les citoyens pour des décisions impactant la vie des populations. 

Cheikh Omar Cyrille Touré dit "Thiat" a traité le thème "Le mouvement citoyen Y en a marre et la mobilisation sur les réseaux numériques". Quant à M. Daouda Diaw, ingénieur-informaticien et membre-fondateur du "Mackymétre", une plateforme d’évaluation des engagements du président MackySall, il est revenu sur les procédés que les citoyens peuvent utiliser pour interpeller le chef de l’Etat sur sa politique et ses engagements, à travers les réseaux numériques et le lien mackymetre.com.

Photo: FES Sénégal

S’en suivent les exposés du Pr. Babaly SALL, traitant « le système politique sénégalais à l’épreuve des réseaux numériques » ; de M. Ibou BA, qui a axé son intervention sur « la digitalisation des procédures administratives et ses opportunités pour les Agents de l’Etat et les usagers finaux»  et en dernier Mme Fatou Jagne SENGHOR a beaucoup parlé de « la démocratie participative et la reconfiguration de l’espace public sénégalais. »

A la suite des exposés, des séries de questions –réponses ont permis aux participant d’échanger avec les panelistes. C’est sur une note de satisfaction des autorités universitaires, des experts du numériques, des participants et de la Fondation Friedrich Ebert que ce panel a pris fin.

Retour