Panel sur le nouveau Code de la presse

Renforcement de la Démocratie

Le mercredi 21 février 2018 s’est tenu à la Maison de la Presse, un après-midi d’échanges sur le thème : «Le nouveau Code de la presse : entre ambitions louables et incertitudes. Quel(s) texte(s) d'application pour garantir un juste équilibre des intérêts légitimes» ? Cette rencontre entre dans la cadre du PROGRAMME CHEVEUX NOIRS – CHEVEUX BLANCS de la Maison de la Presse, en partenariat avec la Fondation Friedrich Ebert.

Il y avait comme personnes ressources M. Macoumba COUME, Magistrat, Coordonnateur de la rédaction du code de la presse, M. Saliou TRAORE, Journaliste et Correspondant de EFE au Sénégal, Mme Khadidiatou CISSE, Journaliste et membre du Tribunal des Paires et M. Ababacar DIOP, Journaliste. M. COUME a rappelé le processus d’élaboration et d’adoption du code de la presse en insistant sur son caractère très inclusif. Il a aussi mentionné la prise en compte, entre autres, du respect de la vie privée, du niveau de responsabilité des Directeurs de Publication, des Rédacteurs en Chef et des Administrateurs de sites. M. TRAORE s’est appesanti sur les principes d’éthique et de déontologie inscrits dans ce code et sur le nouveau statut du journaliste, ses droits et ses obligations qui exigent de lui plus de responsabilité. .

Madame CISSE a insisté sur la nécessité de redéfinir les notions de « secret défense et information sensible ». Quant à M. Ababacar DIOP, il  a mis l’accent sur l’importance et même l’obligation de la formation pour les journalistes.

 

Des échanges ont aussi été menés sur la création de l’organe de régulation et des décrets d’application pour l’améliorer.

Retour